Cotonou : Tél : 229 21 30 52 40 / Fax : 229 21 30 52 41 / 08 BP. 0592 Cotonou
Parakou : Tél : 229 23 61 10 32 / 02 BP. 0339 Parakou
E-mails : lares-cotonou@lares-benin.org / lares-parakou@lares-benin.org
Justification
Le secteur informel constitue une composante majeure de l’économie des pays africains. Au Bénin, il représente entre 60 et 70% du PIB national, selon les secteurs pris en compte. On y rencontre toutes les catégories d’agents économiques de toutes les couches socio culturelles du Bénin. Les femmes y sont majoritaires, notamment dans les branches de transformation agro-alimentaire et commerciales. Secteur en marge de la légalité, les impacts de l’informel sont controversés. Pour de nombreux analystes, il est considéré comme un secteur déstructurant du tissu économique des pays, alors que d’autres y voient un facteur d’atténuation de potentielles tensions sociales. Le LARES considère l’informel comme un phénomène économique et social à inscrire dans le processus de transition des économies des pays en développement en général et de l’Afrique en particulier.

Stratégie
La prise en compte du secteur informel dans les politiques et stratégies de développement, tant au niveau national que régional est incontournable. Le LARES s’intéresse particulièrement à la dimension commerciale de l’économie informelle. Il a développé des outils d’analyse pluridisciplinaire des flux commerciaux informels transfrontaliers en Afrique. Ces outils combinent des méthodes d’analyse spatiale, anthropologique et macro-économique. En ce qui concerne l’étude des flux transfrontaliers, la méthode repose sur l’hypothèse que « la valeur des produits d’origine des pays voisins présents sur les différents points de vente, représente la valeur globale des produits importés par le Bénin de ces pays ». Des notes de conjoncture rédigées sur la base des enquêtes de terrain portant sur des thèmes d’actualité et le bulletin régional d’informations appelé «l’échos des frontières» permettent au LARES de publier ses résultats.

Quelques résultats
Les résultats obtenus à ce jour par le LARES dans ses activités d’analyse du fonctionnement du secteur commercial informel sont nombreux et variés. Au plan méthodologique, le LARES a proposé une méthodologie d’analyse des flux transfrontaliers à laquelle se réfèrent de nombreuses institutions nationales et régionales. Au plan institutionnel, il a réussi à faire prendre en compte la réexportation dans la comptabilité nationale. Enfin le LARES gère un dispositif de veille informationnelle sur le commerce régional, notamment le « suivi des échanges transfrontaliers entre le Nigéria et les pays voisins : Bénin, Cameroun, Niger et Tchad ». Ce dispositif publie un bulletin trimestriel « l’écho des frontières », des notes de synthèse thématiques dans la revue interne « Echanges régionaux ». De l’ensemble des travaux réalisés sur le secteur informel commercial, se dégage un enseignement majeur que le LARES a tiré : l’ampleur du commerce informel transfrontalier est inversement proportionnelle au degré d’harmonisation des politiques économiques, fiscales et monétaires des Etats en présence.

Perspectives
L’avenir du secteur informel dépend étroitement de la profondeur des reformes de politiques économiques que les Etats sont capables d’opérer. A terme « la formalisation de l’informel » est incontournable pour garantir une meilleure insertion du pays dans l’économie régionale et mondiale. Il est alors urgent de cesser de le «diaboliser» en vue de faciliter cette mutation.
Une expertise de haut niveau au service du développement socio-économique et durable du Bénin et de l’Afrique !

Accueil             Programmes pilotés             Partenaires              Publications

 

Nos objectifs

Nos domaines d’expertises

Nos ressources

Affiliation

Documents en ligne

Nous joindre

Accès Mail